J’ai rencontré un enfant sauvage

Mais je vous en parlerai après l’histoire plus connue de Victor, l’enfant sauvage de l’Aveyron popularisé par Truffaut
Pinterest
Si vous passez par le village de Saint-Sernin-sur-Rance en aveyron, peut-être votre regard se portera t il devant la mairie sur la statue de Victor, l’enfant sauvage.
Sculpture de Rémi Coudrain dans le village de Saint-Sernin.
Combien de temps Victor a-t-il vécu seul dans la forêt ?

C’est dans le Tarn qu’on en entend parler pour la première fois dans la région de Castres. Durant l’hiver 1797, une rumeur se met à parcourir tout le village se répandant comme une trainée de poudre dans tout le canton, on a vu un enfant d’une dizaine d’années, hirsute, marchant à quatre pattes, qui vit au milieu des bêtes et a une balafre en travers de la gorge, il mange des glands, des châtaignes, des racines, et grimpe aux arbres comme un écureuil.

Entièrement nu et fuyant à l’approche des hommes, il ne se laisse pas prendre facilement : on doit même se mettre à l’affût plusieurs jours de suite et profiter de l’heure où il ramasse le gland dont il se nourrit pour s’en saisir la première au printemps de 1797. Il s’échappe cependant.

On le capture à nouveau quinze mois plus tard, vers la mi-juillet 1799, mais, rebuté par les mauvais traitements (on l’enferme dans une grange, puis on le confie à une veuve qui essaye de l’habiller et qu’il s’empresse de mordre) il s’échappe encore mendiant  sa nourriture dans les fermes à l’orée des villages, on le découvre à Saint-Sernin-sur-Rance en janvier 1800.

Il est 7 heures du matin, l’enfant se présente à la porte du citoyen Vidal, teinturier, habitant une maison hors de la ville. Les yeux roulants dans tous les sens, sale, le dos vouté, il réclame l’asile au monde des humains. Le teinturier prévient les autorités

Gravure en couleur, un enfant trouvé en Aveyron (1805)
Pris en mains par les autorités

Le lendemain, Constant-Saint-Estève, un humaniste, décide de s’en occuper et informe le Gouvernement de sa trouvaille, en précisant qu’on doit le considérer comme un « être phénoméneux ». Il mesure 1,36 m, est couvert de nombreuses cicatrices et ne parle pas. Il marche courbé, ne se nourrit que de pommes de terre crues et rejette tous les autres aliments, même le pain.

Le représentant local du Gouvernement décide de le faire transférer à l’hospice civil de Saint-Affrique où l’on accueille les orphelins, il écrit cette lettre à l’hospice :

Je fais conduire, citoyen, dans votre hospice, un enfant inconnu de 12 à 15 ans qui paraît sourd et muet de naissance. Outre l’intérêt qu’il inspire par la privation de ses sens, il présente encore dans ses habitudes quelque chose d’extraordinaire qui le rapproche de l’état des sauvages. Sous tous les rapports, cet être intéressant et malheureux sollicite les soins de l’humanité.

Premier portrait de Victor, décrit comme ayant 26 cicatrices tant au corps qu’à la tête. Gravure en frontispice de l’ouvrage du docteur Jean-Marc Gaspard Itard, De l’éducation d’un homme sauvage, ou Des premiers développements physiques et moraux du jeune sauvage de l’Aveyron, Paris, chez Goujon fils, imprimeur-libraire, vendémiaire an X (1801).

A son arrivée à l’hospice, c’est un enfant hagard, épuisé, qui mord dès que l’on tente de le coucher dans un lit ; il ne fixe personne, refuse la viande qu’elle soit cuite ou crue, et boit de l’eau à la cruche. Sans aucune pudeur, il satisfait ses besoins naturels partout où il se trouve. Il manifeste également des mouvements de profonde tendresse lorsqu’on l’embrasse et qu’on lui témoigne de l’affection.

Il est mis en présence de plusieurs couples dont un enfant a disparu mais aucun ne le reconnaît comme sien.

Aussi Lucien Bonaparte écrit au commissaire du gouvernement dans le département de l’Aveyron : « Citoyen, j’apprends qu’il a été trouvé dans votre département, un jeune homme qui ne sait que pousser des cris confus et ne parle aucune langue, je vous prie de me l’adresser sans délai ».

Et c’est ainsi que l’enfant sauvage quitte Rodez. Il a acquis une certaine autonomie, il mange et s’habille seul, mais il reste muet. Le 20 juillet 1800, il part donc à Paris en calèche où il arrive début Août.

Fin janvier 1800 il est transféré à Rodez, c’est à ce moment-là que le ministre de l’Intérieur, Lucien Bonaparte (le frère du consul qui va bientôt devenir Napoléon), fait savoir qu’il réclame l’enfant infortuné si on n’a pas d’espoir de retrouver ses parents.

Le sauvage de l’Aveyron, gravure de 1807
La vie parisienne

Tous les journaux ne parlent désormais que de lui. On le montre à Paris, on l’exhibe, toute la bourgeoisie veut voir l’enfant sauvage. Le curé Bonnaterre qui l’a accompagné le baptise « Joseph », ceux qui le gardent ont flairé la bonne affaire, par ici la monnaie ! Mais ce sont surtout les savants qui attendent le sauvage de l’Aveyron avec une avide curiosité , parmi eux, Philippe Pinel, un aliéniste qu’on appellerait aujourd’hui un psychiatre, qui dirige les asiles d’aliénés de Paris, fait subir à l’enfant différents tests. Après de nombreux essais infructueux, il rédige un rapport

« Voyez-vous, je pense que ce Joseph est idiot, il n’est pas devenu idiot, il est idiot de naissance, et c’est sans doute pour cela qu’il a été abandonné par ses parents dans les bois ». Il pense qu’il ne reste qu’à l’enfermer avec les autres idiots de Paris dans un des asiles qu’il dirige.

Cependant un jeune étudiant en médecine, Jean-Marc Gaspard Itard n’est pas du tout du même avis et il décide immédiatement d’instituer et de diriger le traitement moral de l’enfant dont l’état s’est beaucoup dégradé depuis qu’il est exhibé et enfermé à Paris.

Jean-Marc-Gaspard Itard (1774-1838)
Victor ou l’enfant de la forêt

En mai 1801, Itard rédige son premier « Mémoire sur les premiers développements physiques et moraux du jeune sauvage de l’Aveyron ». Ce long bilan est l’occasion pour Itard de donner un prénom à l’enfant qu’il a baptisé Victor en raison d’un roman très à la mode de Ducray Duminil « Victor ou l’enfant de la forêt ».

Il recrute à l’institution une gouvernante, Madame Guérin qui sera chargée de surveiller continuellement l’enfant, elle touchera 150 Frs par an pour cette tache.

Un jour, le docteur Itard montre des jouets à Victor qui s’en moque royalement mais il ne baisse pas les bras pour autant et continue ses essais destinés à le sociabiliser.

Tous les jours Madame Guérin l’emmène se promener dans la nature. Une fois la gouvernante se trouve bien gênée quand elle voit Victor grimper dans un arbre et ne pas vouloir en descendre

Un jour de neige, il va se rouler dedans en poussant des cris de plaisir sans donner l’impression d’avoir froid

Le dernier rapport (1806)

Les années passent. Victor finit par montrer de l’intérêt pour les autres. Il embrasse sur les genoux le docteur Itard, pleure quand il perd de vue sa gouvernante, et puis vint le moment où il faut lui apprendre à parler, il s’agit là du plus grand défi à relever. Spécialiste des sourds-muets, le docteur Itard sait bien que Victor n’est pas sourd. A force de patience, Itard fait prononcer au sauvage son premier mot. L’évènement est vite connu de tous, comme s’en fait écho La Gazette nationale :

Le quatrième rapport du docteur Itard

Le jeune homme aujourd’hui, distingue, classe les caractères de l’alphabet.  Il fait plus, en prononçant sur un ton de voix ordinaire les mots lait, soupe. Il va chercher de suite les caractères nécessaires pour tracer ces mots ; il les assemble sur une planche, et compose le mot avec toute l’exactitude grammaticale. Chaque jour il acquiert un nouveau terme. Ce ne sont, il est vrai, que ceux qui ont un rapport immédiat avec ses besoins, mais ce sont les seuls qu’il soit même permis à un philosophe de lui présenter. Enfin le voici admis non seulement à communiquer avec nous ; le voici en possession de nos signes conventionnels. Il a franchi la limite ; il est sur notre territoire.

Le grand problème de Victor, c’est qu’il ne va jamais au-delà du mot, et qu’il ne fait pas la connexion entre « le lait » et son sens. Le docteur Itard veut lui faire apprendre à lire, mais Victor n’y arrivera pas. Il pensait qu’on pouvait évoluer par l’apprentissage, mais ça ne marche pas. Alors, l’été 1806, le Dr Itard est amené à rédiger son quatrième mémoire sur l’enfant.

Le rapport de 80 pages est en fait un constat et l’échec. Comme il n’y a plus d’espoir, on décide de le laisser alors qu’il est âgé d’une vingtaine d’années, à Madame Guérin la gouvernante qui s’en occupe depuis avril 1802.

Tombé dans l’anonymat

Au début de juillet 1811, Madame Guérin s’installe avec Victor presque en face de l’institution des sourds-muets. Au numéro 12 tout proche un autre Victor, encore enfant viendra rejoindre sa mère de 1812 à 1815, un certain Victor Hugo. Se sont-ils croisés dans leurs jardins qui étaient communs ? Nul ne le sait.

Le sauvage de l’Aveyron meurt âgé d’une quarantaine d’années, en 1828. Complètement oublié, il n’aura pas droit à une tombe, puisque jugé « insuffisamment humain ». Son corps est jeté à la fosse commune. Victor était-il un enfant sauvage ou bien un enfant autiste probablement abandonné par sa famille ?

Selon Serge Aroles, chirurgien, les cicatrices sur le corps de Victor ne sont pas celles d’une longue vie dans les bois, mais celles d’une maltraitance humaine et il en vient à cette glaçante conclusion : « Victor était un faux enfant sauvage, mais assurément un authentique enfant martyr ».

Sources : Millavois

MERCI À NICOLE MARIE MARTIN QUI NOUS A SUGGÉRÉ de parler de victor et nous a fourni la source.

partons maintenant en afrique, plus précisement au mali……..

Joseph, l’enfant sauvage de Markala.

Il y a une douzaine d’années je visitais le Mali, à l’époque cela ne posait aucun problème. Malheureusement la guerre m’empêche de retourner dans ce pays où j’ai d’excellents souvenirs ….mais là n’est pas mon propos du jour.

J’arrive à Markala et mon contact m’emmène dans la famille qui va m’héberger ou du moins me réserver un coin dans une pièce servant de débarras où est posé un lit métallique…..pour le confort c’est la cabane au fond du jardin, cabane où l’on fait tout même sa toilette après avoir tiré l’eau du puits.

Fesmamas

Avant de m’emmener chez mes hôtes il me prévient qu’ils ont un enfant un peu spécial, un enfant sauvage.

Voici son histoire.

Joseph a trois ans lorsqu’il disparaît. Tout le village part à sa recherche, on sonde les puits et les crevasses du sol, on fouille la brousse aux alentours, un enfant de trois ans n’a pu aller bien loin l’alerte ayant été rapidement donnée, mais rien, Joseph reste introuvable.

Les parents font leur deuil, les années passent et, six ans plus tard ils apprennent que le chasseur d’un village voisin a capturé un enfant dans la brousse. Immédiatement ils s’y rendent et en effet ils retrouvent leur fils qui a maintenant une dizaine d’années.

Hirsute, il marche à quatre pattes, ne s’exprime que par grognements, lape son eau, refuse toute nourriture cuite, dort lové en chien de fusil à même le sol et son corps est zébré de cicatrices dues à sa vie dans la brousse au milieu des épineux. Comment a-t-il survécu ? C’est un mystère.

Certes nous sommes en Afrique mais inutile de se référer à l’image d’Epinal de Tarzan élevé par des singes, il n’y en a pas au Mali dont la faune se limite à des phacochères et à une race de lapins à longues pattes. Il y a bien des crocodiles et des hippopotames le long du Niger mais dans le genre accueillant on peut trouver mieux.

Futura Sciences

On suppose que Joseph a été capturé par un soufi, une sorte d’ermite qui vit retiré du monde, mais on n’en connaît pas dans la région.

Joseph est examiné par des médecins qui ne décèlent aucune trace de sévices, sa santé est bonne et manifestement il n’a manqué de rien.

Ses parents le ramènent chez eux mais malgré tous leurs efforts ils n’arriveront pas à le sociabiliser. J’ai parfois joué avec lui et il m’a surpris par sa force colossale. Très espiègle, il a fallu enchaîner la bassine dans laquelle on lui mettait sa nourriture car il avait la manie de la jeter sur le toit. Seule la menace d’un bâton pouvait le faire reculer, ce qui accrédite la thèse du soufi, car qui à part un humain peut lever un bâton en geste de menace ?

Le Monde

Je l’ai revu ensuite au cours d’autres séjours mais toujours aussi sauvage jusqu’au jour où ses parents ont dû s’en séparer car en grandissant, la puberté faisant son œuvre il ne voyait en sa mère et ses sœurs que des femelles…et elles n’auraient pas été de taille à résister à ses assauts, de plus il avait acquis une telle force que même son père n’arrivait plus à le contrôler.

J’ai appris il y a deux ans qu’il était décédé en emportant avec lui son mystère, il devait avoir une vingtaine d’années.

Malheureusement je n’ai plus de photos de lui.

Voici donc l’histoire de Joseph l’enfant sauvage de Markala au Mali.

Claude Boyer

Publications similaires

%s

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Préférences de confidentialité
Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Veuillez noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous proposons.