Voyage en cuisine 2000 ans plus tard

Qu’est ce qui a changé dans les cuisines ? Le toupin, ce pot en terre cuite, reste une valeur sûre pour ceux qui veulent préparer une vraie daube. André Abbe évoque les ustensiles de nos ancêtres qui ont franchi les siècles. Et en bonus, un clin d’oeil à La Topina, le restaurant-café culturel occitan de Toulouse. Passadoc avait prévu d’y exposer des photos en 2020…

marmite de terre; stone pan in Provence
Un toupin… comme chez les Romains – photo : André Abbe

Dans la belle exposition sur la cuisine et la gastronomie des Romains à la Villa Aurélienne à Fréjus (Var), j’ai vu une poterie qui ressemblait comme une sœur à un toupin qu’utilisait mon arrière grand mère Louise… pour cuire ses aliments sur la plaque de la cheminée. Soyons précis: à Roquebrune (Var), tous les pots de terre de ce type étaient appelés “toupin”… mais dans le précieux “Trésor du Félibrige” de Frédéric Mistral, le toupin a une seule anse et la “toupino” en a deux. J’avoue humblement que j’ai attendu ce jour de mars 2021 pour l’apprendre.


National geographic

Dernièrement on a mis à jour un thermopolium à Pompéi. On imagine le cuisinier manipulant ces marmites antiques derrière ce snack de l’époque tandis que les clients en toge attendent leur repas.

jfm.fr

Le toupin est parfois le complice bien involontaire d’appréciations pas très gentilles sur le physique de certaines personnes.

Ainsi on dira d’une personne bien portante qu’elle est “ronde comme un toupin” et quand cette personne trouve l’âme sœur on dira aussi bien méchamment “Cada topin trova sa cabucèla- Chaque toupin trouve son couvercle”

En 2000 ans les ustensiles de cuisine avaient peu changé… vint le progrès… je ne sais pas me servir d’un autocuiseur, mais je ne saurais pas me servir de ma toupine. Inutile de préciser qu’une vraie daube doit cuire dans un pot de terre, à une ou mieux à deux anses… et pendant plus de 24 heures. Sinon on doit lui donner un autre nom. Ne pas confondre le toupin avec le “tian” (terrine) qui va au four et qui n’a pas d’anse.

planetreemploi

André Abbe

À LIRE, À VOIR

En 2019, l’association Passadoc cherchait des lieux où démarrer sa première exposition photo. Nous avons découvert La Topina, un restaurant-café culturel occitan. Ce lieu très agréable dans le quartier Saint Cyprien à Toulouse (Haute Garonne) accueille les associations comme Passadoc.

Nous avons une pensée pour l’équipe. Accrochez-vous !

Marie et des membres de l’association “Fasèm de bruch” devant les fiches des ateliers cuisine en mai 2019. La Topina est une coopérative dont l’association “Fasèm de bruch” est associée – Photo : François Abbe

Publications similaires

%s

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Préférences de confidentialité
Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Veuillez noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous proposons.