Les cabanes du berger Julien Raynaud

Ces cabanes ont une histoire. Elles appartenaient à Julien Raynaud. Passadoc rend hommage à ce berger transhumant né en février 1916 et décédé à l’âge de 99 ans. Il était un modèle pour les jeunes éleveurs ovins des Alpes-Maritimes et du Var pour le sérieux et la qualité de son travail. Il a pris sa retraite au début des années 90, au moment même du retour du loup dans le Mercantour. Il fut le dernier à ne pas connaître les nuits d’angoisse et la découverte au petit jour des brebis égorgées.

Le berger Julien Raynaud met au monde un agneau; à l’arrière plan sèchent des morceaux de tissus blancs qui font office de chaussettes (surnommées panouches). Photo : André Abbe

Anaïs Rebuffel, dont Julien Raynaud était l’arrière grand oncle, nous raconte l’histoire des cabanes du berger qu’elle a côtoyée jusqu’à l’âge de 12 ans. Il y a deux cabanes. L’une d’elles abritait le berger, et l’autre servait à Cocotte, l’ânesse. “Il a été l’un des derniers bergers de France a avoir effectué les Transhumances à pied” peut-on lire sur le blog d’Anaïs.

André Abbe raconte les aventures de Julien dans son livre Souvenirs de Transhumance en Haute-Provence, illustré de ses propres photographies, des trésors des années 70 et 80. – Photo : Philippe Rebuffel

Accompagnée de ses parents et guidée par un berger qu’elle connaît depuis petite, surnommé Pierrot, Anaïs fait le chemin jusqu’au cabanes. L’aventure débute dans le petit village de Roya. Les quatre randonneurs marchent jusqu’au vallon de Salevieille qui se situe en dessous des cabanes de Julien. Sur le chemin, les paysages défilent : forêts de sapins, vallons rocailleux, sources d’eau… Le voyage représente un dénivelé total de 900m et suit le GR5.

D’abord, les pins silencieux – Photo : Anaïs Rebuffel
Puis le vallon retentissant des crissement des criquets et grillons – Photo : Anaïs Rebuffel

Le groupe arrive aux cabanes. “Elles ne sont plus utilisées” explique Anaïs. Sur les photos, on peut encore apercevoir les outils du berger. “Il ne reste pas grand chose… juste des vieilles casseroles, une vieille banquette”. Même si des randonneurs sont passés par-là, l’état des granges ne semble pas dégradé par l’homme, juste par le temps.

Les cabanes de Julien Raynaud – Photo : Philippe Rebuffel

A l’époque, Julien passait 150 jours de l’année dans ces petites cabanes. “Une autre dans le vallon est habitée ; il y a encore aujourd’hui un berger là-haut, et lui aussi y passe plus de trois mois, avec ses quelques 1500 mouton” écrit-elle sur son blog.

La famille Rebuffel et Pierrot devant les cabanes – Photo : Philippe Rebuffel
Carte qui situe la montagne de Julien Raynaud dans le Mercantour – Source : IGN

%s

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Préférences de confidentialité
Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Veuillez noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous proposons.