Les Haka cas par cas

Haka au Parc des Princes; All Blacks in Paris in 1977

Haka au Parc des Princes; All Blacks in Paris in 1977                                                                                                                                                                                                                                                               Equipe de Nouvelle Zélande, match France-All Black 1977 (15-3); New Zealand rugby team vs France during the Haka dance

Lors de mon voyage en Nouvelle-Zélande, j’avais été impressionné par la liste des morts sur les monuments à la Guerre 14-18, y compris ceux des bourgades les plus modestes. C’est ce pays qui a subi les plus lourdes pertes par rapport à l’ensemble de sa population dans cette guerre.

La date du test-match le 11 novembre était bien choisie… Défaite des Bleus 18 à 38. Seul le très jeune demi de mêlée Dupont et le centre toulonnais d’adoption Bastareaud se sont montrés à la hauteur.

Au départ, tout le monde attendait le haka. Auparavant, à Bordeaux les Blacks Maoris avaient choisi le haka Timatango, d’une grande agressivité tout à fait exagérée selon moi. Il n’a pas empêché les Barbarians français de les battre. Les « Babaas » se sont montrés brillants, le vétéran Aurélien Rougerie en tête.

Au Stade de France, les Blacks de l’équipe première avaient choisi le haka Kapa o Pango moins démonstratif. Cela n’a pas empêché quelques couillons de le siffler. Les commentateurs de France 2 ont dit qu’il fallait respecter cette tradition du haka… Tradition, je dirais plutôt retour aux sources des guerres tribales.

J’étais présent au Parc des Princes ,en 1977 si mes souvenirs sont bons. J’avais vu le haka et l’avais même photographié de mon siège en haut des gradins. Le haka de ce temps là ressemblait plutôt à une danse de boy-scouts autour du feu de camp. Il faut préciser qu’à l’époque les Maoris étaient rares dans l’équipe nationale.

Souvent il n’y avait que des « blancs » dans les 15 et on allait chercher un remplaçant maori pour mener le haka (seul un maori peut le faire). Les deux centres talentueux Nathan et Iriwini avant inauguré l’entrée en nombre dans l’équipe. De nos jours les Maoris sont nombreux chez les Blacks et ils en sont souvent les étoiles.

Comme le jeu de rugby lui même, le haka a évolué vers le « rentre dedans »… Je lance mes 120 kilos et je vais te mettre en morceaux. Autrefois il convenait d’éviter l’adversaire.

André Abbe

%s

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fr_FRFrench
en_GBEnglish fr_FRFrench