Nos montagnes hier et aujourd’hui

Les bovins quittent les alpages
Une région montagneuse

Le massif des Ecrins culmine à 4102 mètres, le Mercantour à 3143 mètres (cime du Gélas), le mont Ventoux à 1909 mètres et la montagne de Lure à 1826 mètres…Je ne ferai pas la liste des sommets régionaux, forts nombreux au dessus de 1800 mètres.

Les Alpes du Sud ne sont pas un milieu homogène et elles occupent les deux tiers de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur devenue Sud (de quoi je vous le demande ?)

A partir de quelle altitude est- on en montagne? Si je me fie à ma propre expérience, en Provence le seuil se trouve à 800m. Quand on vient de Draguignan et qu’ on arrive à Comps après avoir traversé le camp de Canjuers, on se rend compte immédiatement que quelque chose change, en tout premier dans la qualité de l’air qu’ on respire.

A partir de Comps, les gens sont fiers d’ être “gavots”, montagnards. Mais ils se sont beaucoup déplacés au cours des siècles.

Au fil de la plume, me vient en tête un dicton Provençal, un rien misogyne hélas “Plaignons la femme qui monte et la vache qui descend”. En effet, les jeunes femmes du bas pays ayant épousé de beaux bergers venus garder leur troupeau près de chez elles en hiver, ont souvent du mal à s’ adapter à la vie en montagne et au climat après leur mariage quand elles vont s’ installer chez leur mari.


Beaucoup de vaches “descendaient” et perdaient leurs beaux pâturages, car jusqu’ aux années 50, des fermiers s’ installaient à proximité directe du centre des villes pour vendre aisément leurs productions.

En 2005, j’ ai garé ma voiture devant une grande maison, à Cannes, à pas plus de 500m à vol d’ oiseau de l’ hôtel Miramar et de la Croisette. J’ ai commencé à discuter avec une aimable dame qui se trouvait sur le pas de la porte. Après cinq minutes de conversation, elle m’ a expliqué que cette maison était une ferme et qu’ elle aidait ses parents dans sa jeunesse à traire les vaches et vendre le lait. Aujourd’ hui la ferme se trouve au centre d’ un quartier résidentiel chic.

En 2020, la désertification de nos montagnes est arrêtée, il faut dire que dans certains endroits il ne restait plus grand monde. Les villages se repeuplent, le bon air est attirant en cette période de pandémie et il est possible pour certains de télétravailler où qu’ils se trouvent.

André Abbe

Photos : futura sciences/visitvar/

.

Publications similaires

%s

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Préférences de confidentialité
Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Veuillez noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous proposons.