Un Toulonnais en rade

mémorial du Faron
Mémorial du Mont Faron
Toulon
Je viens de revoir Bourvil dans un film de Jean Pierre Mocky

A chaque fois Mocky me fait à “Mouco qui” qui veut dire en provençal “Et voilà !” qui servait à ponctuer une phrase.

Allez comprendre comment fonctionne un cerveau comme le mien pour associer deux mots qui n’ont rien à voir l’un avec l’autre.

On appelait à Paris les mauvais garçons toulonnais et marseillais les Mokos. Les truands parisiens entendaient parler provençal et n’y comprenaient rien, sinon qu’à la fin de la plupart des phrases, il y avait ce “mouco qui”

Pépé le Moko

Jean Gabin était un truand toulonnais dans ce film culte de Julien Duvivier se déroulant dans le quartier arabe d’Alger avec l’envoutante Mireille Balin pour partenaire. Gabin n’avait rien de toulonnais, il avait l’air sorti tout droit de Pantruche (Paris en argot) mais à part ça il était parfait dans le rôle. En rade, sans possibilité de fuir il finit par mourir à Alger, il ne reverra plus Toulon.

Manz’elle Swing

Est ce le film de Mocky qui a provoqué la rédaction de ce texte ?

Ecranlarge

“Un drôle de paroissien” (1963) avec Bourvil pilleur de troncs, un chef d’oeuvre d’humour décalé.

“E mouco qui” !

André Abbe.

%s

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fr_FRFrench
en_GBEnglish fr_FRFrench